Autres/Magazine

Une expérience de consultation du Yi-King par Carl Gustav Jung

Le Yi-King est le plus ancien texte chinois, que l’on pourrait traduire par « le livre des mutations », il permet de décrire les états du monde et leurs transformations. Il est composé de 64 hexagrammes différents, chacun contenant une combinaison de 9 traits relatifs aux principes du yin et du yang.
Le psychanalyste suisse s’est intéressé très tôt aux arts divinatoires à travers le concept de synchronicité qu’il a été le premier à formaliser. Telle qu’il l’a définie, la synchronicité se résume comme une coïncidence productrice de sens, un lien entre le monde matériel et le monde psychique pour celui qui la perçoit. Tous les arts divinatoires reposent sur ce principe.
Dans sa préface du Yi-King, livre des mutations (édition anglaise 1949), Jung se soumet à l’expérience et demande un avis sur son intention de présenter ce texte à l’esprit occidental.

–> Description de l’expérience et réponse de l’oracle ici.

Mia Leblanc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s